Les ressources de la bibliel sont pour le moment restreintes à certains genres, le temps que nous l'agrémentions de nouveaux.
Si vous voulez nous aider dans ce travail, écrivez à bibliel@manuskrits.net.

Rechercher

:
Auteur :
Titre :
Genre :

 

Affichage des résultats

Cliquez sur l'auteur pour ouvrir sa fiche ou sur le titre du livre pour pour ouvrir la sienne

 16 à 30 sur 55   Première pagePremière page  · Page précédente  · 1   2   3   4   · Page suivante ·  Dernière pageDernière page 


Dan Simmons - Hypérion
[0] 
Science-Fiction

Quand les sept pèlerins se posent à Hypérion, le port spatial offre un spectacle de fin du monde. Des millions de personnes s'entassent derrière les grilles : les habitants de la planète sont sûrs que le gritche va venir les prendre et ils veulent fuir. Mais l'Hégémonie ne veut rien savoir : une guerre s'annonce et les routes du ciel doivent être dégagées. Et tout ce que le gouvernement a trouvé, c'est d'envoyer les sept pèlerins. La présidente le leur a dit d'emblée : Il est essentiel que les secrets des Tombeaux du Temps soient percés. C'est notre dernière chance. Mais les pèlerins s'y comprennent rien : c'est tout simple, ils ne se connaissent même pas entre eux ! Heureusement, le voyage leur permettra de se rapprocher. Chacun raconte son histoire, et l'on s'aperçoit vite que nul n'a été pris au hasard. Celui qui a fait la sélection, au fil des confidences, paraît bien avoir fait preuve d'une lucidité... diabolique. Et d'une cruauté raffinée !

Couverture






Neal Stephenson - L'âge de diamant
[0] 
Science-Fiction

Un monde de l'avenir bardé de nanotechnologies, d'univers virtuels, de réseaux neuronaux et d'intelligences qui s'efforcent d'être le plus artificiel possible. Une petite fille qui reçoit une éducation singulière grâce à un Livre Mentor qui raconte des histoires. Et tout cela dans une Chine de l'avenir partagée entre les territoires des sectes, les enclaves des multinationales et les espaces électroniques. Dans la foulée de William Gibson, Neal Stephenson a écrit avec ce roman, après Le Samouraï virtuel, son second chef-d'oeuvre. LAge de diamant a obtenu le Prix Hugo 1996.

Couverture






Larry Niven - L'anneau-monde
[0] 
Science-Fiction

Si, lors de la parution, l’Anneau-Monde, imaginé par Larry Niven, enthousiasma le public, la recette, aujourd’hui, paraît un peu fade. Malgré l’étrange équipée – formée d’un Marionnettiste de Pierson, d’un Kzin et de deux humains – , malgré leur extraordinaire découverte de ce monde artificiellement façonné en forme d’anneau, l’histoire brille autant qu’un trou noir. Bien sûr, l’intrigue fourmille de questions : quelles créatures habitent l’Anneau-Monde ? qui, quels êtres à l’incroyable technologie ont pu le créer, et dans quel but ? Mais pourquoi ces questions semblent rester simplement en l’air, comme si, finalement, elles n’étaient pas si importantes ? Face aux événements, aux découvertes, cette indifférence, cette passivité des protagonistes, trouble, surprend, et ne s’explique pas. Entre le lecteur et les personnages, un décalage s’installe peu à peu, excluant dès lors le lecteur de toute participation à l’histoire. C’est dommage. Saul Eman. Appréciation : 1 étoile

Couverture






Frederik Pohl - L'avènement des chats quantiques
[0] 
Science-Fiction

Nous sommes en 1983. Dominic De Sota est un simple conseiller en prêts hypothécaires. Pourtant, le FBI a l’œil sur l’œil depuis quelque temps : il aurait en effet été surpris en train de roder autour d’un complexe scientifique ultra-secret. Mais voilà : au même moment, Dominic De Sota était à la piscine municipale avec sa petite amie et attentait à la pudeur en ôtant – ô sacrilège ! – le haut de son maillot de bain ! Car dans cette Amérique islamique et puritaine, l’étalage de la chair nue est un crime passible d’une peine de prison, comme tant d’autres sont son interdites… mais tout cela aurait pu être différent, ou plutôt, est différent… quelque part… Au carrefour de toute choix, une chose peut être, et ne pas être. Et chaque choix, s’il est possible, devient réalité et existe. C’est ainsi que Dominic De Sota est sénateur dans une autre Amérique, commandant des forces amrées dans une autre, éminent professeur dans une troisième, etc. Chacun de nous aurait pu être tellement différent si, à un moment donné, une direction avait été prise plutôt qu’une autre… Mais voilà : que se passerait-il si, tout d’un coup, tous ces univers parallèles se rencontraient ? Avec son talent et son humour habituel, Frédérik Pohl nous entraîne dans une aventure rocambolesque dont le thème n’est pas sans rappeler la Voie Terrestre de Robert Reed. Appréciation : 3 plumes. Saul Eman

Couverture






Alfred Bester - L'homme démoli
[0] 
Science-Fiction

1953. Le premier prix Hugo est décerné à l’Homme démoli. Son auteur, Alfred Bester, scénariste pour la bande dessinée, la radio, la télévision, et chroniqueur de plusieurs grands magazines américains, signe là l’un des textes d’anticipation les plus brillants et les plus précurseurs de son époque, si proche par le thème et l’intrigue du récent Minority Report qu’il en paraît d’autant plus révolutionnaire. Au XXIIIème siècle, le crime n’existe plus, prédit avant même qu’il ne soit commis. Pourtant, pour Ben Reich, magnat richissime, le meurtre est la seule alternative : au bord de la liquidation financière, le géant du commerce planétaire a vu son offre de fusion avec la firme rivale se solder par un échec. Comment, alors, dans un monde peuplé en partie par des télépathes aux perceptions plus on moins aiguës, parvenir à cacher ses pulsions les plus intimes ? Ben Reich a réfléchi à tout. Son plan est infaillible. Rien ne saurait le trahir. Pas même son inconscient ? Pour Lincoln Powell, extraper n°1 (Expert en Perceptions Extrasensorielles de première classe, capable de sonder jusqu’aux profondeurs de l’inconscient), l’enquête, savamment orchestrée, magistralement décrite, commence. En bref, tout y est !… et nous ne sommes qu’en 1953… Un texte époustouflant, écrit d’une main de maître et servi par un style surprenant (comment, par exemple, retranscrire textuellement une conversation entre plusieurs télépathes ?) ainsi qu’un sens de l’intrigue particulièrement développé, qui parvient à tenir en haleine le lecteur de la première à la dernière ligne, tout en se réservant le délicieux plaisir de n’expliquer son titre que dans ses toutes dernières pages. Car finalement, qu’est-ce que la démolition ? Un régal. Saul Eman Appréciation : 5 étoiles

Couverture






Vernor Vinge - La captive du temps perdu
[0] 
Science-Fiction

Imaginez que le voyage dans le temps soit possible. Vous entrez en stase, dans une bulle que rien – pas même le temps – ne pourrait modifier, et vous vous réveillez cent ans plus tard. Ou un milliers d’années plus tard. Voire même cinquante millions d’années dans le futur. Mais imaginez un instant que ce voyage, cette « hibernation », soit irréversible, que vos amis, vos proches, le monde que vous avez connus, soient irrémédiablement perdus. A jamais. C’est ce qu’a vécu Wil Brierson. Shangaïé – mis en stase à son insu – une centaine d’années dans l’avenir par un criminel, il a perdu sa femme et ses deux enfants. « Retrouvé » par une poignée d’autres voyageurs du temps, il fait désormais partie des derniers hommes et femmes – à peine deux cents – derniers survivants de toute une civilisation, à voyager ainsi, « sautant » de siècles en siècles sur une terre vieille de plus de 5 milliards d’années. Mais un autre crime existe et rivalise de cruauté avec le shangaï : le nauvrage. Imaginez que vous apparteniez à cette petite colonie et que celle-ci se mette en stase pour un millier d’années… sans vous. Abandonnée dans la temporalité, c’est ce qui est arrivé à Marta Korolev, l’une des néo-tech les plus avancées scientifiquement. Pour sa compagne, Yelèn, il y a eu meurtre : sans espoir de secours, Marta a dû user de toute son intelligence pour survivre seule, sur toute une planète, pendant près de quarante ans. Elle a laissé derrière elle des traces, des messages, que Wil, ancien flic, va devoir décrypter pour confondre l’assassin. Car celui-ci est caché parmi eux, et il pourrait bien en vouloir au reste de l’humanité toute entière… Vernor Vinge conte la plus fantastique et la plus étrange enquête policière qui soit, et imagine un aspect du voyage dans le temps que bien peu d’auteurs ont envisagé : l’aller simple. Et l’on s’aperçoit bien vite que le temps peut-être le pire des criminels… Appréciation : 5 plumes. Saul Eman

Couverture






Frederik Pohl - La grande porte
[0] 
Science-Fiction

Notre héros, Robinette Broadhead, n'a pas eu de chance dans la vie, depuis que ses parents lui ont choisi un prénom. Jusqu'au jour où il a pu enfin payer le prix de son passage vers la Grande Porte. La Grande Porte : un astéroïde artificiel construit par la civilisation supérieure des Heechees, dans le voisinage de Vénus. Les Heechees ont disparu depuis des siècles, mais ils ont abandonné à la Grande Porte des centaines d'astronefs programmés pour se rendre en divers points de l'univers. La Grande Porte, c'est le seuil de mondes inconnus : la possibilité de gagner des fortunes pour les hardis pionniers qui n'ont pas peur de s'embarquer à bord d'un vaisseau étranger dont ils ignorent la destination. Robinette a été l'un de ces aventuriers. Il est devenu riche. Alors pourquoi éprouve-t-il le besoin, semaine après semaine, d'aller se confier à l'ordinateur-psychanalyste Sigfrid Von Shrink, qu'il déteste ? Action, Aventure, Amour, Humour ! Telle est la devise du nouveau Fred Pohl.

Couverture






Joe Haldeman - La guerre éternelle
[0] 
Science-Fiction

En vétéran du Vietnam, Joe Haldeman connaît la guerre : armes, techniques de combat, stratégie… mais aussi son absurdité, la terreur qu’elle engendre et les traumatismes qu’elle peut causer. Son personnage, William Mandella, ressemble un peu à l’anti-héros de la Grande Porte de Frédérik Pohl : embarqué dans une guerre dont l’origine est bien vite oubliée, Mandella affronte ses ennemis sans broncher, mais la peur au ventre… jusqu’à l’activation du conditionnement programmé qui fera de lui une véritable machine à tuer. Après chaque bataille, on compte les survivants… avant d’embarquer pour un nouvel affrontement, quelque part dans l’espace à plusieurs milliers d’années-lumière. Pour franchir de telles distances, on utilise des sauts collapsar : en temps subjectif, le voyage peut durer plus d’un mois pour les commandos placés en stase, mais ce sont des centaines d’années qui se sont en réalité écoulées, et l’ennemi que vous affronterez demain pourra avoir une avance technologique dont vous ne soupçonneriez même pas l’existence… Un guerre sanglante et stupide qui semble, pour Mandella, du moins – survivant miraculé – partie pour durer… une éternité… Appréciation : 4 plumes Saul Eman

Couverture






Ursula LeGuin - La main gauche de la nuit
[0] 
Science-Fiction

Sur Gethen, la planète glacée que les premiers Envoyés ont baptisée HIVER, il n'y a ni hommes ni femmes, seulement des êtres humains. Des êtres humains androgynes qui, dans certaines circonstances, adoptent les caractères de l'un ou l'autre sexe. Les sociétés nombreuses qui se partagent Gethen portent toutes la marque de cette indifférenciation sexuelle. L'Envoyé venu de la Terre, qui passe pour un monstre aux yeux des Géthéniens, parviendra-t-il à leur faire entendre le message de l'Ekumen ?

Couverture






Joe Haldeman - La paix éternelle
[0] 
Science-Fiction

Dans une guerre au XXIe siècle opposant le Nord et le Sud, les États-Unis utilisent pour se défendre des robots perfectionnés dirigés à distance par des soldats à l'abri. Ces 'soldats-mécaniciens' assimilent les sensations transmises par les machines à forme humaine. Parmi eux, Julian Class, qui partage la conscience des autres membres de son unité, arrive à un point de non-retour. Il doit reprendre son ancien métier de physicien. Avec Amélia, Julian tente de comprendre les enjeux et les effets possibles d'une expérience qui recréerait les conditions du big-bang dans l'espace. Et si la paix éternelle existait ? Vingt-cinq ans après 'La Guerre éternelle', Joe Haldeman offre un roman S-F en forme de quête, à la fois noir et optimiste, qui lui a valu les prix Hugo et Nebula.

Couverture






Joan Vinge - La Reine des neiges
[0] 
Science-Fiction

Après cent cinquante ans de règne, la belle Arienrhod, la Reine des Neiges et de l'Hiver, n'est pas encore lasse du pouvoir. Et pourtant voici que vient le temps de l'Eté et des Etésiens. Alors Arienrhod a recours à de secrets clonages... Des êtres naîtront en qui elle pourra se réincarner. Ce redoutable rôle échoit à Moon, une toute jeune Etésienne pour qui n'ont existé jusqu'ici que les joies de la mer et l'amour de son cousin Sparks... C'est à elle qu'apparaît la Sybille, porte-parole de la Reine, pour lui annoncer les épreuves qu'il lui faut affronter. Et Moon est précipitée, seule, dans une autre Galaxie... Reverra-t-elle jamais Sparks ?

Couverture




Thomas Day - La voie du sabre
[0] 
Science-Fiction

Changeant complément de registre et de style par rapport à son Instinct de l’Equarrisseur ou la vie revisitée de Sherlock Holmes, Thomas Day nous plonge cette fois dans l’univers du Japon du XVIIème siècle. Mais un Japon qui, comme l’auteur le dit lui-même, ne fut jamais, un Japon où la magie existe et où l’Empereur est un dragon à la longévité exemplaire. Le récit est celui que raconte Nakamura Oni Mikedi, ancien disciple d’un maître samouraï ayant réellement vécu : Miyamoto Musashi. Comme tout récit de fantasy – car c’est bien de fantasy qu’il s’agit – le texte est empreint d’une certaine poésie, que rehausse de manière sublime le caractère humaniste de cette quête : quête d’un sabre fabuleux par le maître, et quête de la Voie du Sabre par le disciple, cette voie qu’a su emprunter Miyamoto et lui conférant une force et une vitesse qui dépassent l’entendement. Mais la Voie du Sabre est aussi celle de la justice : se battre pour défendre les opprimés, vénérer et respecter non seulement ses prochains mais aussi toutes les créatures vivantes, apprendre la patience et faire le bon choix. Parfois, aussi, la Voie du Sabre rejoint celle de l’Amour, mais jamais très longtemps : car la Voie du Sabre est aussi celle du sacrifice. Pour Mikedi, le jeune disciple de Miyamoto, la Voie du Sabre est étrange, parfois incompréhensible : habitué depuis son plus jeune âge à être craint et respecté par les concubines et les serviteurs de son père, il aura beaucoup de mal à appréhender cette Voie où le mendiant vaut autant que le plus grand des chefs de guerre. Et au fil des ans, malgré les conseils de son maître, la Voie du Sabre lui échappera. Semblable à Anakin, Mikedi sombre dans le côté obscur de l’Homme : celui où le pouvoir brille d’un éclat aveuglant, et où ce qui est juste et ce qui ne l’est pas se confondent. Riche d’enseignements, ce livre est un petit bijou de poésie. Comme l’atteste la bibliographie en fin de récit, l’auteur s’est longuement documenté sur Miyamoto et le japon du XVIIème siècle afin de donner vie à son univers. Un univers que l’on quitte avec regret. Sublime couverture de Guillaume Sorel – connu surtout dans l’univers de la bande dessinée –, qui est parvenu à dépeindre le fantastique et le merveilleux à la fois du texte et du monde asiatique : et quelle plus belle image que celle de Miyamoto figeant à l’aide de son sabre l’écume à l’effigie d’un dragon menaçant, symbole ô combien emblématique de la culture orientale, aurait-il pu trouver d’autre ? Appréciation : 4 plumes. Saul Eman




Philip Farmer - Le fleuve de l'éternité
[0] 
Science-Fiction

Soudain, l'humanité est projetée dans un monde étrange, au bord du fleuve de l'éternité, long de trente millions de kilomètres. On y croise Burton, Twain, Cyrano de Bergerac, Mozart, Ulysse.et des milliards d'individus de toutes les époques. Et si les Éthiques avaient opéré une expérience sur l'humanité ?

Couverture






Fritz Leiber - Le grand jeu du temps
[0] 
Science-Fiction

J'AI ÉTÉ RESSUSCITÉE. Autrefois, je vivais à Chicago, j'étais aussi humaine que vous, sinon plus. Après ma mort, les Araignées m'ont recrutée pour participer à la Guerre Modificatrice, le Grand Jeu du Temps. Nous nous battons contre les Serpents. L'histoire a déjà été considérablement modifiée par rapport à ce que vous connaissez : les Nazis ont gagné la Deuxième Guerre Mondiale et leur Empire s'étend de la Sibérie au Kansas. Il n'y a jamais eu de Guerre de Sécession en Amérique et Rome s'est effondré juste au moment où il commençait à prendre de l'envergure...

Couverture



Connie Willis - Le grand livre
[0] 
Science-Fiction

Quoi de plus naturel, au XXIe siècle, que d'utiliser des transmetteurs temporels pour envoyer des historiens vérifier sur place l'idée qu'ils se font du passé ? Kivrin Engle, elle, a choisi l'an 1320, afin d'étudier les us et coutumes de cette époque fascinante qu'aucun de ses contemporains n'a encore visitée : le Moyen Age. Le grand jour est arrivé, tous sont venus assister au départ : Gilchrist, le directeur d'études de Kivrin ; l'archéologue Lupe Montoya, le docteur Ahrens ; sans oublier ce bon professeur Dunworthy, qui la trouve trop jeune et inexpérimentée pour se lancer dans pareille aventure et qui s'inquiète tant pour elle. Ses craintes sont ridicules, le professeur Gilchrist a tout prévu ! Tout, mais pas le pire...

Couverture






 16 à 30 sur 55   Première pagePremière page  · Page précédente  · 1   2   3   4   · Page suivante ·  Dernière pageDernière page 

Chercher un l